On entend souvent dire que «tout était plus simple avant». Et c’est certainement vrai en ce qui concerne les sites Internet, car ceux des années 90 étaient carrément spartiates, même s’ils n’étaient pas toujours beaux à voir avec leurs GIF clignotants. C’est de cette époque que nous vient le protocole HTTP, qui définit comment le serveur et le navigateur Internet communiquent entre eux. Alors que les techniques et les possibilités de programmation des sites Web ont évolué rapidement, le protocole HTTP n’a été actualisé qu’une seule fois en 1999. Normal que le HTTP/1.1 soit donc un peu dépassé.

Avec le HTTP/2, nos clients disposent dès à présent sur tous nos serveurs de la nouvelle version nettement plus puissante du protocole HTTP. Et cela se remarque très vite, notamment à l’affichage ultrarapide des pages Internet.

Rapide comme l’éclair
Le HTTP/2 améliore l’efficacité et donc la vitesse de transfert des données. Alors qu’en HTTP/1.1 le navigateur ouvre moins de 10 connexions TCP pour les données à transférer (documents HTML avec images, fichiers CSS ou bibliothèques Javascript), le protocole HTTP/2 utilise plusieurs douzaines de flux de données en parallèle au sein d’une seule connexion TCP. Cela permet de récupérer une quantité nettement supérieure de ressources en parallèle plutôt qu’en séquentiel depuis le serveur. Les données d’en-tête (qui cachent entre autres les cookies, lesquels deviennent de plus en plus volumineux) sont également compressées et peuvent ainsi être transmises plus rapidement. Pour voir comment cela fonctionne au quotidien, consultez la page de démo HTTP/2 d’Akamai.

Screenshot form Demosite Akamai
shadow

(Screenshot https://http2.akamai.com/demo)

Déjà paré pour le HTTP/2?
Suite à l’actualisation récente de nos serveurs Internet vers Apache 2.4, le HTTP/2 est désormais disponible pour tous les sites Internet Hostpoint. Comme la majorité des navigateurs ne supportent pas le HTTP/2 avec des connexions non cryptées, les appels http non cryptés restent fournis en HTTP/1.1 et ne profitent donc pas des nouvelles possibilités.

Si ton site Internet n’est pas encore équipé d’un certificat SSL, il est temps d’activer le SSL en quelques clics, par exemple avec notre solution gratuite FreeSSL.

Et qu’en est-il des navigateurs des visiteurs des sites Internet? A l’exception d’Opera Mini, toutes les dernières versions des navigateurs supportent le HTTP/2. Retrouvez une vue d’ensemble de la compatibilité des navigateurs sur Can i use.

Que change le HTTP/2 pour les développeurs Internet?
Pour les développeurs Internet, le HTTP/2 implique aussi de changer certaines pratiques jusque-là familières. Ils peuvent désormais se passer des constructions auxiliaires disgracieuses comme Domain Sharding, Concatenation et Sprites ou Resource-Inlining, car ces techniques deviennent souvent inutiles grâce aux nouveautés apportées par le HTTP/2. Les développeurs trouveront de plus amples informations très intéressantes concernant le HTTP/2 sur la page dédiée de l’IETF ou dans le PDF «http2 explained» de Daniel Stenberg.

Des sites Internet ultrarapides avec le HTTP/2

Sandro Bertschinger

Sandro pendant longtemps, il a trouvé les ordinateurs relativement ennuyeux. L’élément déclencheur a été une console de jeux, à savoir un Amiga 500. Avec l’arrivée d’Internet et la possibilité de créer des sites Internet «cool», le thème des ordinateurs était plutôt au cœur des préoccupations. En 2001, il a alors croisé par hasard le chemin d’une SSII.

0