Selon une estimation de l’institut d’étude de marché The Radicati Group, 215 milliards d’e-mails sont envoyés chaque jour en 2016! Un nombre incroyable, même si une grande partie vient du spam (e-mails indésirables). Cela représente environ 25 e-mails par terrien (sachant que la moitié n’a toujours pas accès à Internet).

Mais comment les e-mails trouvent-ils leur chemin jusqu’aux destinataires? Ce qui semble simple au premier regard (un envoi d’un point A à un point B) cache en fait un cheminement bien plus complexe. Et ce processus est totalement invisible pour les utilisateurs.

Le grand voyage sur Internet
Les préparatifs de l’envoi de ton e-mail commencent dans le logiciel de messagerie ou dans le webmail. Après un clic sur «Envoyer», le message est d’abord séparé en deux parties. Dans le «header» sont enregistrées les informations sur l’expéditeur et le destinataire, mais aussi l’objet de l’e-mail et la date. Le contenu même de l’e-mail est placé dans le «body»: cela comprend le texte, mais aussi les images et les pièces jointes.

C’est là que le grand voyage commence: le client de messagerie contacte notre serveur de messagerie et lui transmet le header puis le body. Notre serveur de messagerie contrôle d’abord le message confié: contient-il des virus ou d’autres contenus malveillants? Quelle est la taille du message, passe-t-il dans la fente de la boîte aux lettres? C’est seulement ensuite que, grâce à l’adresse e-mail du destinataire, le message envoyé est transmis au serveur de messagerie suivant.

Crypté – dans la mesure du possible
Dès la première prise de contact, notre serveur de messagerie interroge le serveur destinataire sur la possibilité d’un cryptage. Si le serveur destinataire le permet, nous établissons une connexion cryptée et envoyons l’e-mail en le protégeant contre les renifleurs qui pourraient traîner sur le câble transatlantique ou sur l’un des répartiteurs Internet utilisés. Ceci est important car sans cryptage, le contenu de l’e-mail est envoyé en clair sur Internet, comme une carte postale. Pourtant, en 2016, certains prestataires ne permettent toujours pas le cryptage entre les serveurs de messagerie.

Vous avez reçu un e-mail!
Mais notre e-mail n’est pas encore arrivé à destination. Car le serveur du destinataire commence par contrôler si l’adresse e-mail à laquelle le message est destiné existe bien chez lui. Il vérifie ensuite que le message ne soit pas trop volumineux. Chaque prestataire définit sa propre limite maximale de taille pour un e-mail. Viennent ensuite les contrôles supplémentaires contre le spam et les virus. Ce n’est qu’à ce moment-là que l’e-mail arrive à destination et est déposé dans la boîte de réception du destinataire.

Bien que cliquer sur «Envoyer» soit très simple, cela active en réalité toute une machinerie.

E-mail: le long chemin jusqu’au destinataire

Thomas Brühwiler

Thomas Brühwiler occupe le poste de Head of Communication chez Hostpoint et est également responsable des activités dans le domaine des médias sociaux. Tom tout jeune déjà, il tapait sur un Commodore 64, recopiant des pages de code Basic à partir de manuels, et finissait souvent par constater ensuite qu’une erreur s’était glissée dans l’enchevêtrement de caractères et que le programme ne fonctionnait pas. Quoi qu’il en soit, il ne peut maintenant plus se passer d’un ordinateur.

0