Ton site Internet est prêt. Il fonctionne. Tu n’as donc plus besoin de t’en occuper. Espérons que les visiteurs affluent. Malheureusement, tout ne se passe pas toujours comme prévu et les visiteurs partent plus vite que ce qu’ils sont venus. Si tant est qu’ils aient trouvé ton site… Dans tous les cas, une chose est sûre: demain, ton site ne devra pas être le même qu’aujourd’hui. Car la concurrence ne dort pas, tout comme Google, et encore moins tes visiteurs.

Laisse-toi tenter par la nouveauté
Nombreux sont les exploitants de sites Internet qui tombent vite dans une routine banale sans grande inspiration. Le site devient de plus en plus ennuyeux et démodé, ce qui se ressent aussi au niveau des visiteurs. Laisse-toi donc tenter par la nouveauté! Tu peux par exemple publier une vidéo au lieu d’un article de blog. Change de style d’écriture: cela ne fait pas de mal d’apporter une touche drôle et légère de temps en temps, puis de passer à un ton sérieux, caricatural, satirique, journalistique, narratif. Sors de ta zone de confort et bouscule tes habitudes. Jette-toi à l’eau et ose varier les plaisirs! Tes visiteurs aiment être surpris, et ce n’est que comme ça qu’ils reviendront sur ton site.

Recherche des sources d’inspiration
Pour transmettre un message, on ouvre l’éditeur de texte et on écrit. Pour partager du contenu infographique, on lance Illustrator ou Photoshop. Fais l’inverse! Si tu souhaites écrire, commence par une image. Si tu veux créer une image ou un graphique, commence par le décrire. Couche d’abord une ébauche de tes idées sur une feuille. Ecris-toi un e-mail où tu expliques tes idées. Comment te débrouillerais-tu pour te faire comprendre de ta grand-mère? D’un enfant? Du directeur d’un groupe d’assurances? Ou d’un habitué des discussions de café qui préfère de toute façon sa bière du soir à Internet? En te posant ces questions, tu auras de nombreuses idées pour trouver une meilleure approche, ou du moins une approche différente!

Inspire-toi de tes modèles
Bien évidemment, il ne s’agit pas de les copier. Mais sache que sur Internet, il y aura toujours des personnes qui sont plus incisives que toi. Essaie de comprendre à quoi cela est dû. Serait-ce une question de style? De structure interne? De mise en page? Essaie d’analyser leur manière de procéder et leurs résultats. Il ne s’agit pas de se demander «Est-ce que j’aime ça?», mais plutôt «Pourquoi j’aime ça?». Tu disposeras ainsi d’un plus grand nombre d’outils qui t’aideront à améliorer tes propres créations.

optimise ton site Internet
shadow

Aurais-tu envie de lire ça?
Les amis bienveillants aiment souvent lancer une blague du genre: «et le bus des intéressés, il est censé arriver quand?» Sois honnête avec toi-même: ton sujet est-il vraiment assez intéressant pour être partagé avec le monde entier? Est-ce que tu aurais toi-même envie de lire ce que tu écris? D’accord, «le contenu est roi». Mais certains rois sont totalement ennuyeux. Et il y en a d’autres dont on se réjouit toujours de lire les tribulations. Il y a le prince Constantjin des Pays-Bas qui dirige le cabinet de la commissaire européenne chargée de l’agenda numérique. Et puis il y a le prince Harry d’Angleterre qui s’expose de temps à autre les fesses à l’air. Qui est le plus intéressant? La réponse est claire.

Fais connaître ton contenu
C’est à la sueur de ton front que tu as maintenant écrit, amélioré, retravaillé, puis réécrit ton texte. Tu cliques alors sur le bouton «Publier». Fini! Vraiment? Bien évidemment, tu peux attendre et espérer que quelqu’un tombera un jour sur ton contenu. Mais cela ne suffit pas. Le marketing de contenu, c’est aussi attirer l’attention du public cible sur les contenus. Et tu dois prendre le temps de le faire, surtout pour les pages dont tu es particulièrement fier. Demande-toi qui cela pourrait intéresser, à quel endroit se trouvent ces personnes sur Internet et comment tu peux les y aborder. Peut-être que ta première tentative ne sera pas un succès. Mais chaque essai te permettra d’en savoir plus et de devenir plus efficace!

Analyse tes réussites
Il existe deux types d’utilisateurs des outils d’analyse de site Internet. Les premiers se connectent toutes les heures pour voir ce qui se passe sur leurs sites. Et les autres ont téléchargé les outils pour en oublier immédiatement l’existence… Il est toujours utile de faire régulièrement une petite analyse. Existe-t-il certains schémas comportementaux au niveau de tes visiteurs? Sur quelles pages tes visiteurs s’attardent-ils le plus? Y a-t-il des points communs au niveau de la structure, du contenu, de la forme, de la longueur, du thème? Regroupe tes conclusions et concocte-toi un petit «livre de recettes» où tu consignes tes idées de contenu et des codes stylistiques. Crée régulièrement du contenu inédit (rien ne vaut l’innovation!) et laisse libre cours à ce que tu as appris.

Et sinon?
Ne crois pas tout ce que tu lis dans les blogs SEO: il s’agit en partie d’absurdités complètement obsolètes. Concentre-toi sur Google et les pages vraiment fiables telles que moz.com/blog. Essaie de toujours faire preuve d’innovation et modifie par exemple le texte et l’ordre de navigation, le type et la présentation des images, etc., puis teste le résultat. Ajoute des supports qui favorisent la confiance (rapports et logos des clients, prix remportés, garantie de remboursement, versions d’essai gratuites, …). Facilite les choses en accompagnant le client pas à pas jusqu’à l’étape finale («call to action» optimisé). Vérifie tes formulaires et les liens de ta page (il existe pour cela des outils très pratiques!). Actualise les graphiques et la mise en page. Tu l’auras compris: c’est une fois que ton site Internet est terminé que le vrai travail commence! Amuse-toi bien!

Le mieux est l’ennemi du bien: optimise ton site Internet!

Sandro Bertschinger

Sandro pendant longtemps, il a trouvé les ordinateurs relativement ennuyeux. L’élément déclencheur a été une console de jeux, à savoir un Amiga 500. Avec l’arrivée d’Internet et la possibilité de créer des sites Internet «cool», le thème des ordinateurs était plutôt au cœur des préoccupations. En 2001, il a alors croisé par hasard le chemin d’une SSII.

0