Par notre rédacteur externe Kevin Kyburz.

Comment faire pour optimiser une installation WordPress rapidement et sans disposer de grandes connaissances en programmation ? Cette question a été récemment posée sur Twitter. Après avoir aidé Sam Steiner avec un de ses blogs, j’ai été contacté par Hostpoint pour la rédaction d’un article en qualité de bloggeur externe. Je vais donc vous donner ici quelques conseils brefs et rapides pour optimiser WordPress.

La préparation
Avant de procéder à une modification du code, il est tout d’abord important de faire une copie de sauvegarde de vos données. Pour cela, je vous recommande BackWPup de MarketPress. La version gratuite est tout à fait suffisante. Pour accéder à votre serveur, vous avez besoin d’un compte FTP et d’un logiciel. Pour obtenir un compte FTP, adressez-vous à votre fournisseur de serveur. Pour le logiciel, vous pouvez utiliser par ex. FileZilla (Mac) ou Cyberduck (Windows). Pour modifier le code, je vous recommande Coda (Mac) et Notepad ++ (Windows).

Que dois-je optimiser au juste ?
Il est possible de trouver sur Internet toutes sortes d’outils pour contrôler la vitesse, l’optimisation du moteur de recherche, GZIP ou DEFLATE. Pour effectuer un test de la vitesse en toute simplicité, PageSpeed de Google est tout à fait suffisant. Vous n’avez qu’à saisir l’URL de votre page et le test démarre automatiquement. Les problèmes de votre page sont alors affichés.

PageSpeed de Google
shadow

Après avoir identifié les problèmes, nous allons commencer à les supprimer.

Problème avec Enable Compression
Pour que les données puissent être extraites et affichées plus rapidement par le serveur, il existe la possibilité de les comprimer. En d’autres termes : nous activons DEFLATE sur le serveur. Pour activer cette fonction, vous devez rechercher le fichier .htaccess sur votre serveur à travers le FTP. Ce fichier devrait se trouver dans le répertoire principal de votre site. Ouvrez-le et ajoutez le code suivant :

<FilesMatch "\\.(js|css|html|htm|php|xml)$">
SetOutputFilter DEFLATE
</FilesMatch>

Leverage Browser Caching
Le navigateur se charge pour vous d’une partie de la mise en mémoire cache. Pour que celui-ci ne charge des fichiers que lorsque de nouveaux fichiers sont disponibles, nous configurons une date d’expiration. Les fichiers statiques qui ne sont pas modifiés tous les jours restent inchangés pendant une longue période. En effet, vous ne manipulez pas tous les jours votre CSS et vous n’apportez pas constamment des modifications aux images des contenus de votre site.

Vous pouvez copier l’exemple suivant dans votre .htaccess et bien entendu modifier les heures librement :

<IfModule mod_expires.c>
ExpiresActive on
ExpiresDefault "access plus 1 month"
ExpiresByType text/xml "access plus 1 hour"
ExpiresByType text/html "access plus 1 hour"
ExpiresByType application/xml "access plus 1 hour"
ExpiresByType application/json "access plus 1 hour"
ExpiresByType application/rss+xml "access plus 1 hour"
ExpiresByType image/gif "access plus 6 months"
ExpiresByType image/jpeg "access plus 6 months"
ExpiresByType image/png "access plus 6 months"
ExpiresByType text/css "access plus 6 months"
ExpiresByType text/javascript "access plus 6 months"
</IfModule>

Le b.a.-ba de l’optimisation WordPress
shadow

En plus du code dans .htaccess, il est judicieux d’utiliser un plugin de cache. Il en existe des centaines et des milliers et vous n’aurez aucune difficulté à en trouver un. Personnellement, je n’en recommande que 2.

W3 Total Cache est le mega plugin par excellence. En plus des paramètres de cache habituels, une simple pression de bouton permet de modifier .htaccess de sorte que le serveur et le plugin soient parfaitement harmonisés. Il existe un grand nombre de possibilités, lesquelles sont parfois difficiles à comprendre pour les novices. Je vous renvoie ici à la notice suivante relative à la configuration recommandée pour ce plugin.

Cachify a été développé par Sergej Müller, connu pour ses optimisations. En plus du célèbre plugin SEO, il est également responsable d’autres plugins sensationnels. Cachify est un plugin de cache intelligent, simple d’utilisation grâce à seulement 4 configurations. J’utilise ce plugin sur mon blog privé depuis sa création et j’en suis entièrement satisfait. Grâce à la notice d’utilisation fournie en allemand, les modifications du fichier .htaccess sont un jeu d’enfant.

Les personnes qui disposent d’espace de stockage sur leur serveur devraient utiliser la méthode de cache pour disque dur. Étant donné que la fonction APC n’est disponible sur les serveurs Hostpoint que depuis une récente mise à jour, je n’ai pas encore terminé de la tester.

Optimize Images
Les images ne doivent surtout pas être négligées. La taille d’un fichier image qui provient directement du photographe est généralement de 20 Mo, ce qui est bien trop important. La question est désormais de savoir si la page, images comprises, doit se charger rapidement ou si la priorité doit être accordée à des images avec une haute résolution. Sur mon blog, je fais en sorte que la taille des images soit inférieure à 1 Mo, voire la moitié si possible. D’autre part, mes images ne dépassent jamais les 1000 pixels.

Comment faire pour optimiser hors ligne ?
La meilleure option consiste à se procurer un programme de traitement d’image. Pour des opérations rapides, je ne démarre pas Photoshop, mais le Pixelmator pour Mac, une application qui, à mon avis, fonctionne tout aussi bien que Photoshop, et à un moindre prix. Pour Windows, on m’a conseillé d’utiliser Gimp. Ce programme vous donne la possibilité de réduire la taille des photos.

L’étape suivante vient s’ajouter au plugin, que je vous présenterai plus tard dans cet article. J’utilise ici l’application ImageOptim App (uniquement pour Mac) pour optimiser mon image, laquelle est ensuite directement chargée à son endroit initial. Je trouve que cette application est également parfaite pour optimiser les images qui se trouvent déjà sur le serveur. Pour cela, accédez au dossier Médiathèque à travers le FTP. Ce dossier s’appelle généralement « uploads » et se trouve dans le dossier « wp-content ». Téléchargez-le sur l’ordinateur local, glissez-le dans ImagesOptim puis, une fois l’optimisation terminée, rechargez-le dossier au même endroit.

Comment faire pour optimiser en ligne (plugin) ?
Il existe bien sûr d’innombrables plugins pour optimiser les images lors du chargement. J’en citerai deux, mais je ne peux vous en recommander qu’un seul :

WP Smush.it, pour l’optimisation des images lors du chargement. Auparavant, ce plugin présentait régulièrement des défauts. C’est pourquoi je n’ai pas l’habitude de le recommander. Il présente cependant l’avantage de pouvoir tenter une nouvelle optimisation des images après le chargement, par pression du bouton Smush.it now dans la médiathèque.

Optimus est un plugin qui offre exactement les mêmes fonctions que Smush.it, mais à un niveau de performance supérieur. En plus de l’optimisation, le plugin réfléchit s’il doit convertir l’image au format WebP, de meilleure qualité, à condition bien sûr que la taille de l’image après conversion soit inférieure à celle du fichier d’origine. Sergej Müller, le développeur de ce plugin, est connu pour ses travaux d’optimisation. Il développe le plugin en permanence. Le plugin est disponible dans une version gratuite, très efficace en soi, et dans une version payante, bien sûr plus performante. Personnellement, je recommande d’acheter la version HQ, tout d’abord parce que vous apportez ainsi un soutien au créateur du plugin qui, en plus des mises à jour, met à disposition le serveur pour les optimisations, mais aussi en raison de la qualité de l’optimisation des images qui doivent être chargées sur votre site.

Conclusion
Pour éviter d’effrayer les visiteurs dès l’ouverture de votre page, il est de nos jours impératif de l’optimiser, ce qui est tout à fait possible. Il semble que les pages qui se chargent rapidement soient mieux référencées dans les résultats des recherches effectuées sur Google. Les tâches d’optimisation en valent donc la peine.

Dans cet article, je ne vous ai donné que quelques conseils. Les possibilités d’optimisation sont bien plus nombreuses. Cependant, ces dernières nécessitent une intervention trop complexe au niveau du code. De plus, la page Google PageSpeed offre toutes sortes de conseils pour résoudre les différents problèmes qui peuvent se poser.

Le b.a.-ba de l’optimisation WordPress

Kevin Kyburz

Kevin Kyburz écrit des articles en tant que bloggeur externe. Depuis son premier clic sur Internet, il essaye de publier régulièrement lui-même des contenus sur le Web. Depuis 2009, il travaille avec WordPress pour des sites Internet privés et professionnels. Il propose ses propres blogs sur Swiss Kyburz Blog depuis 2010. Outre le développement de plugiciels et de thèmes, Kevin s’occupe entre autres de la traduction en allemand de WordPress.

0