Du viagra sans ordonnance ou des Rolex à prix cassés: de telles offres atterrissent un jour ou l’autre dans toutes les boîtes de messagerie électronique. Les personnes malveillantes qui envoient de tels e-mails se servent de Spambots pour chercher des adresses e-mail sur Internet. La recherche est simple parce que les robots reconnaissent les adresses e-mail grâce au signe @.

Deux conseils pour protéger efficacement votre site Internet contre les Spambots:

  1. N’indiquez aucune adresse e-mail sur votre site Internet. Même avec «at» au lieu de @. Les robots sont bêtes mais remarquent quand même qu’il s’agit d’une adresse e-mail.
  2. Remplacez toutes les adresses e-mail par un formulaire de contact. Si vous avez programmé votre site à l’aide de SITES, cela est un jeu d’enfant et sûr à 100%.

Non aux spambots!

Depuis le 1er avril 2012, tous les sites Internet commerciaux en Suisse sont soumis à l’obligation d’insérer des mentions légales. Les mentions légales, que vous pouvez générer par exemple gratuitement à l’aide du créateur de mentions légales de Brunner Digital, doivent contenir une adresse e-mail. Cette dernière doit impérativement être cryptée. La manière la plus rapide et la plus sûre de le faire est avec un peu de Javascript. Remplacez dans le code HTML des mentions légales le lien <a> avec votre adresse e-mail (par ex. fritz@meier.ch) par le Javascript suivant:

<script type="text/javascript">// <![CDATA[
var a="fritz";
var b="meier.ch";
document.write('<a href="mailto:'+a+'@'+b+'">'+a+'@'+b+'</a>');
// ]]></script>
<noscript>fritz [at] meier [dot] ch</noscript>

Les visiteurs qui ont activé Javascript dans leur navigateur voient l’adresse e-mail fritz@meier.ch complète et peuvent cliquer dessus. Les visiteurs qui ont désactivé Javascript voient fritz[at]meier.ch et peuvent adapter l’adresse copiée dans le programme de messagerie. Les deux variantes ne laissent aucune chance aux Spambots, qui ne comprennent pas le Javascript, et vous protègent des spams.

Non aux spambots!

Sandro Bertschinger

Sandro pendant longtemps, il a trouvé les ordinateurs relativement ennuyeux. L’élément déclencheur a été une console de jeux, à savoir un Amiga 500. Avec l’arrivée d’Internet et la possibilité de créer des sites Internet «cool», le thème des ordinateurs était plutôt au cœur des préoccupations. En 2001, il a alors croisé par hasard le chemin d’une SSII.

0